La Cybersécurité, un axe fort pour l’Europe - European Champions Alliance
1128
post-template-default,single,single-post,postid-1128,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-7.3,vc_responsive
 

La Cybersécurité, un axe fort pour l’Europe

La Cybersécurité, un axe fort pour l’Europe

Forces et défis des acteurs européens de la cybersécurité

Par Dominique Tessier, Serial CEO & digital transformation expert.

L’ECA a identifié plusieurs thématiques sur lesquelles des éditeurs européens prometteurs existent. La Cybersecurité en est une, et non des moindres.

Nous avons donc commencé à dresser une première cartographie des acteurs européens de ce domaine. Nous avons eu le plaisir de constater que d’autres initiatives ont déjà été lancées pour promouvoir ces acteurs. A l’échelle française, on peut citer Hexatrust, qui fédère les efforts d’une quarantaine d’éditeurs – dont certains ont aussi reçu récemment le label Next40, attribué à des sociétés digitales à forte croissance.

Ni l’innovation, ni la capacité à faire face intelligemment aux nouvelles menaces, ne font défaut aux acteurs européens de la Cybersécurité. A titre d’exemple, au début des années 2000, alors que le mainstream mondial consistait à débusquer des attaques grâce à un jeu de signatures, c’est d’Europe qu’est venu une idée nouvelle, celle du « zero day ». Le zero day, ce sont les attaques nouvelles, dont par définition la signature n’a pas été encore répertoriée. Pour y faire face, des acteurs comme le français NETASQ, aujourd’hui incorporé à STORMSHIELD, ont eu recours à l’analyse comportementale : si tel comportement est anormal, il est probablement imputable à une attaque, alors des mesures conservatoires doivent être prises immédiatement.

De la même façon, des acteurs européens se sont, parmi les tous premiers, occupés de prévenir les fuites de données et les attaques spécifiquement dirigées contre les postes de travail, ou de sécuriser les mails.

Les entreprises américaines gardent cependant le leadership

Les acteurs américains ont pour eux deux avantages : ils s’adressent d’entrée à un marché intérieur unifié, encore le plus important du monde. Et le financement privé y est plus facile et plus encouragé. De ce fait, les jeunes pousses de la Cybersécurité américaine grandissent plus vite, ce qui leur permet de consacrer à la veille et à la R&D des sommes bien plus significatives, ce qui à son tour leur permet de progresser plus rapidement tant au plan technique que commercial.

Le rôle d’ECA pour favoriser la croissance de champions européens de la cybersécurité

On est exactement dans le cœur d’activité d’ECA : faciliter la croissance pan-européenne de nos Cyber champions, par-delà les haies à franchir que constituent les langues différentes, les réglementations, les cultures, les problèmes de notoriété … – attirer sur ceux-ci les financements – les faire mieux connaître des décideurs dans les entreprises européennes.

Il est à cet égard agréable de savoir que nous sommes plusieurs à partager ces objectifs. Ainsi ne peut-on manquer d’évoquer l’ECSO, European Cybersecurity Organisation. L’ECSO mène à la fois des actions de veille concrétisées par un « radar » des acteurs de la Cybersécurité, des initiatives destinées à favoriser le financement de leur croissance, et entretient des contacts fructueux avec les services de la Commission Européenne. L’ECA a donc organisé une rencontre avec le Délégué Général de l’ECSO, afin d’initier une collaboration qui bénéficiera aux entreprises européennes de ce secteur si actif.

Il est d’autant plus utile pour l’ECA de nouer de tels contacts et de vouloir bâtir des partenariats, que nous n’oublions pas l’équation de départ : si beaucoup d’acteurs européens de la Cybersecurity sont innovants et proposent de bonnes solutions… , les plus grands d’entre eux font moins de 100 M€ de chiffre d’affaires, contre plus de 500 M€ pour les leaders mondiaux ! On pourra améliorer cette comparaison en déminant les obstacles à la croissance internationale, en travaillant sur les mécanismes de financement, en favorisant la liaison entre R&D académique et privée. Pour notre part nous devons être rigoureux et exigeants dans notre travail d’identification des « pépites » que nous voulons promouvoir, c’est à cette condition que nous susciterons la confiance des donneurs d’ordre.

Dominique Tessier, Serial CEO & digital transformation expert.

Photo by Taskin Ashiq on Unsplash

Tags:
,
Andrea Vaugan
andrea.vaugan@european-champions.com